Radio "Superloustic" la radio des loustics (vidéo)

Publié le 4 Janvier 2011

  En décembre 1986, Gilles Gressier, Denys Didelon et Joël Pons créent la station MUPPIES FM à Paris sur 102,8 FM sur l'ancien émetteur de RFM à Vélizy. Malheureusement, au bout de 4 mois d'émission, la station n'est pas retenue par la CNCL dans la liste des radios parisiennes autorisées. La station cesse d'émettre mais dépose une demande de fréquence à Lyon, prochaine ville examinée par la CNCL pour l'attribution de fréquences.

 

Superloustic a commencé à émettre illégalement à Lyon le 28 décembre 1987 sur la fréquence et dans les studios de Cristal FM (au 48 quai Pierre-Scize dans le 9e), la CNCL lui donne son autorisation d'émettre courant 1988 sur le 89,3 FM. Elle émet à Paris à partir du 5 novembre 1988, où la fréquence est partagée avec Tabala FM sur le 106,3 FM, une radio africaine. Les studios se trouvent au 51-57 rue Jules-Ferry à Bagnolet (93).

 

Paradoxalement, Médiamétrie, source officielle de sondage, n’enquête pas auprès des moins de 15 ans. Il est donc impossible pour la régie pub de la radio de trouver des annonceurs et de vendre des espaces publicitaires à leur juste valeur pour faire vivre le réseau Superloustic. La régie publicitaire de RMC (Génération Expertise Media) qui est en charge de trouver des annonceurs est donc handicapée car incapable de convaincre ses clients de venir annoncer aussi sur le nouveau réseau Superloustic.

 

Pour avoir tout de même quelques chiffres d’audience et attirer de rare annonceurs, la radio sollicite un organisme de sondage privé pour enquêter auprès des auditeurs de Paris et de Lyon. Ce mini sondage laisse apparaître d'excellents rapports d’audiences – le questionnaire est destiné à mieux connaître les habitudes d’écoute des jeunes auditeurs de la radio en reprenant le modèle d'un sondage Médiamétrie.

 

Grâce à cet embryon de sondage, Superloustic détient la confirmation de son succès auprès de ses jeunes auditeurs qui appellent quotidiennement et toujours plus nombreux le standard antenne de la radio. Le nombre de connexions sur le site minitel de la radio est aussi très impressionnant à l'époque.

 

Superloustic n'intéresse pas les éventuels annonceurs qui n'investiront pas tant qu'il n'y aura pas de rapport d’audience validés par Médiamétrie. Un problème stratégique qui montre que les dirigeants ne se sont pas penchés sur la question de la mesure des audiences avant de développer le réseau Superloustic. Cette erreur mène définitivement la radio des moins de 15 ans à la faillite : la radio s'endette et ne rapporte pas d'argent à ses actionnaires. Très vite, Superloustic ne peut plus payer ses factures et ses salariés. Il faut aussi préciser la guerre des « chefs » en interne pas tous d'accord sur la stratégie à suivre qui a fait beaucoup de mal à la radio !

 

En juin 1992, l'actionnaire principal, inquiet par la tournure des événements et le développement trop rapide de ce qui était encore hier une petite radio, se retire du capital de Superloustic. Tous les autres actionnaires lui emboîtent le pas.

 

Superloustic, dont les locaux se trouvent dans la Tour Gallieni à Bagnolet en Seine-Saint-Denis est mise en liquidation judiciaire. Le satellite qui envoie les programmes en province est coupé par le créancier. Aussitôt, les jeunes auditeurs de province appellent le standard et passent à l’antenne pour demander la reprise de la diffusion de leur radio sur les émetteurs de province. L’appel poignant de ces nombreux jeunes auditeurs est entendu par la société qui gère le satellite. Ce dernier est remis en route gracieusement comme geste de soutien dans l’attente d’éventuelles solutions pour « sauver Superloustic ».

 

 

Profondément émue par la mobilisation des jeunes auditeurs, toute l’équipe de la radio promet aux "loustics" - les enfants sont appelés ainsi à l'antenne - de tout faire pour ne pas laisser disparaître le réseau FM national des enfants.

Toujours au cours du mois de juin 1992, il est décidé de créer une association de défense de Superloustic « ADS » dont Joël Pons prend la présidence, qui prend le relais de la SA tout juste liquidée. Des pétitions sont organisées par les auditeurs qui récoltent près d’1 million de signatures en 1 mois pour sauver leur radio. Devant une telle mobilisation et une telle efficacité et rapidité de réaction de la part des enfants, il apparaît rapidement inconcevable, pour les parents et enseignants, de ne plus avoir de radio pour eux sous prétexte de raisons économiques. Des appels de soutien sont lancés vers le gouvernement de l'époque et vers Radio France qui, préoccupés par d’autres problèmes, ne prendront pas le temps de s'intéresser à la radio qui commençait à unir les enfants de France entre eux. Un disque regroupant des artistes et chanteurs est enregistré pour soutenir le combat : « Ta radio c’est ton Droit ! ». C’est l’hymne de défense de Superloustic dont les bénéfices de chaque vente sont reversés à l’association de défense de Superloustic. Les paroles rappellent que l'enfant d'aujourd'hui est le citoyen de demain et qu'il a donc le droit à sa radio pour comprendre, partager et découvrir le monde qui l'entoure dans la perspective d'un avenir toujours meilleur pour chacun d'entre nous.

 

Superloustic perd ses fréquences en province en juillet et sa fréquence à Paris (97 FM) le 5 septembre 1992. Elle ferme définitivement peu après. En 1994, les dons récoltés par « l’Association de Défense de Superloustic » sont entièrement reversés à l’association « Sol en Si ».

 

Retrouvez l'univers de SUPERLOUSTIC sur http://www.radioloustic.com/index.html

 

 

REPORTAGE SUR SUPERLOUSTIC (Emission "GIGA" du 04/01/1991)

 

 

 

Rédigé par Blog90

Publié dans #Media90

Repost 0
Commenter cet article